Poètes de l’Imaginaire

Voici une anthologie originale et remarquable sortie en septembre 2010 chez l’éditeur Terre de Brume. Cette anthologie propose une sélection exclusive de poèmes. Le lecteur n’y trouvera donc pas de nouvelles ou d’extraits de roman. Originale elle l’est d’abord par son projet de relier le domaine, circonscrit, confidentiel et sacralisé, de la poésie avec celui, protéiforme, perméable et popularisé, de l’Imaginaire, ou, pour reprendre une distinction proposée par Michel Viegnes, professeur de littérature française à l’Université de Fribourg et préfacier du livre, celui de la « haute culture » et celui de la « culture populaire ». Originale elle l’est ensuite par le choix de la période retenue : les XIXe et début du XXe siècles.
Elle est aussi remarquable car elle réunit sur plus de 600 pages nombre des plus grands auteurs (entre autres José-Maria de Heredia, O. W. de Lubicz Milosz, Charles-Marie Leconte de Lisle, Victor Hugo, Albert Samain, Gérard de Nerval,  Louise Ackermann, Catulle Mendès, Émile Verhaeren, Paul Verlaine, Charles Baudelaire, Jean Richepin, Henri Cazalis) de cette période, dont certains sont aujourd’hui, en dépit de la qualité de leur œuvre, tombés dans l’oubli. Elle est remarquable enfin parce qu’y est pris le parti, à travers un classement distribuant, sous quatre grands « genres » différenciés (Faërie/Fantasy, Fantaisies & Fantasmagories, Fantastique et Merveilleux scientifiques/Science Fiction), des « formes » et des thèmes littéraires, de mettre en évidence des écritures présentées comme précurseurs dans ce domaine.
L’initiateur du projet, Sylvain Fontaine, s’est donc attaché, à travers cette anthologie, sa présentation, genre par genre, forme par forme, thème par thème, mais aussi les notes et le lexique qu’il fournit, à mettre en évidence des origines, des influences et des filiations, en tout cas l’existence de liens (inspirations, thèmes, climats, sources, figures) entre les auteurs d’une époque où les classifications étaient encore balbutiantes et les temps présents où nombres de catégories esthétiques imposent des distributions strictes.
A côté de la beauté noire et rouge, aurorale et crépusculaire, spectrale et lyrique, lunaire et solaire qui émane de ces poèmes, en supplément de la rêverie, de l’évasion, du trouble, des émotions complexes mais aussi du sentiment d’étrangeté et de joie que provoque leur lecture, cette plongée dans la poésie du fantastique, de la fantasy et de la science-fiction au XIXe siècle révèle aussi, pour nous qui sommes engagés dans le XXIe siècle, les aspirations, les nostalgies, les positions et les réactions d’hommes et de femmes qui, en une période où s’imposent, avec rapidité et sans nuances, l’industrie, la science et la technique, demeurent épris d’enchantements et de merveilleux, de mythes, de contes et de légendes, d’ailleurs et d’inconnu. Leurs visions, leurs pensées et leurs images sont suscitées, constituent et révèlent à la fois un Imaginaire qui a trouvé à ce moment là dans la poésie une terre vive de refuge et de mise en œuvre. Parions que cet Imaginaire, aujourd’hui plus que jamais asséché et menacé, toujours renaîtra de ses cendres. Une part de nous est en fraternité éternelle avec ces poètes de l’Imaginaire. Nourrissons-nous de leurs témoignages.

– Poètes de l’Imaginaire, Anthologie proposée par Sylvain Fontaine, Terre de Brume, 2010.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s